Lundi 2 août 2021 / Montignac-Lascaux, Terrasse de l’Amitié / 21h30

Lieux : Montignac-Lascaux
  • Lucienne Renaudin Vary, trompette
  • Félicien Brut, accordéon

A l’occasion de son centenaire, le compositeur Piazzolla sera évoqué à travers sa musique, entre New-York et Paris où il a vécu. Lucienne Renaudin Vary ( trompette ) et Félicien Brut ( accordéon) se rencontrent pour la première fois sur scène et pour leur première venue au Festival du Périgord Noir.
C’est la 6 ème soirée originale et festive montée en partenariat avec le Festival « Cultures aux cœurs » de Montignac-Lascaux.

Programme :

Maria de Buenos Aires de Piazzolla
Medley West Side Story de Leonard Bernstein
Medley Le Chanteur de Mexico de Francis López
Création pour trompette et accordéon de Fabien Waksman et bien d’autres surprises musicales !

En partenariat avec la ville de Montignac-Lascaux

Prix des places :

  • 22 € pour les adultes 
  • 12 € pour les moins de 16 ans

Renseignements & Réservations : 05 53 50 14 00 

www.festivaldemontignac.fr

Félicien Brut – crédit : Manuel Braun
Lucienne Renaudin Vary – crédit : Warner

Retour sur la Masterclass de Pierre Génisson en partenariat avec le CRD de Dordogne le samedi 6 mars 2021

Samedi 6 Mars 2021, nous avons rencontré en Dordogne le clarinettiste Pierre Génisson à l’occasion d’une masterclass de clarinette, en partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Départemental de la Dordogne et le Festival du Périgord Noir.

Pierre Génisson a travaillé avec une petite dizaine d’étudiants du CRD de la Dordogne le matin puis dans l’après-midi avec des élèves et quatre  professeurs du Conservatoire :  David GOURVAT, Nathalie BOQUILLET, Séverine BONNARD et Aurélien CESCOUSSE autour de partitions diverses comme :

  • Paquito d’Andy Scott
  • Extrait de la Danzon n°2, de Arturo Marquez
  • Adagio, de Samuel Barber
  • Viktor’s tale, de Johns Williams avec Pierre Génisson
Pierre Génisson, et les élèves et professeurs du CRD de Dordogne

Nous en avons profité pour lui poser quelques questions :

La clarinette pour vous, est-ce que cela a été  un vrai choix ?

« Alors, ça n’a pas été mon choix premier. J’ai commencé par le piano. Je suis issus d’une famille de musicien depuis mon arrière-grand-père qui était clarinettiste. C’est ma grand-mère qui nous a initié à la musique et elle était elle-même claveciniste et organiste. J’ai donc commencé par le piano. J’ai une sœur qui est pianiste aussi. Mes parents ne souhaitaient pas qu’il y ait deux pianistes dans la même fratrie, pour éviter des « guerre guerre ». Du coup, j’ai eu le droit de choisir un autre instrument. Tout naturellement, je me suis porté sur la clarinette. Je trouvais que c’était un instrument chaud, chaleureux et qui donnait un peu de joie de vivre ! Ça m’a toujours plu ! En fait, c’est le Chat dans Pierre et le Loup, qui m’a donné envie de faire de cet instrument… »

Le Périgord Noir, vous y êtes venu plusieurs fois avec le Festival. Pour vous le Périgord Noir en trois mots, c’est quoi ?

« En trois mots, c’est la joie de vivre, un public incroyable et … le CANARD !

La gastronomie de manière générale. Je suis un fou de cuisine. Je ne suis pas très bon cuistot, mais par contre j’aime beaucoup manger. C’est vrai que dans les régions comme ça, c’est toujours un plaisir de découvrir une culture gastronomique incroyable. Evidemment, ce n’est pas la cuisine qui m’a amené ici, c’est la musique. J’ai toujours été extrêmement bien accueilli. Avec un public connaisseur, très fin, avec une réelle attention. Chaque fois je reviens avec un immense plaisir. »

En parlant de passion et pendant ce confinement qui a été compliqué pour les artistes. La clarinette oui mais pas que, je crois ? Peut-être la cuisine?

« Oui de fait, on n’a pas eu le choix. Effectivement le confinement a un peu chamboulé nos quotidiens à tous. Je suis tout le temps sur les routes, d’habitude, comme beaucoup de mes collègues. Du coup, il a fallu se réinventer. Evidemment, de la clarinette, de nouveaux projets, penser à autres choses, une nouvelle manière de faire la musique, le streaming et puis j’ai déménagé. J’ai fait beaucoup de choses pendant ce confinement. Beaucoup de quêtes, de recherches intérieurs. Du recentrage sur l’essentiel de la vie. »

Aujourd’hui c’est la masterclass ici avec un certain nombre de clarinettistes.  Des professeurs qu’on remercie,  qui ont été présents toute la journée et des élèves passionnés, pour vous la pédagogie, c’est quoi dans votre vie, maintenant ?

« Ça prend de plus en plus de place, la pédagogie, depuis quelques années. Je suis professeur à l’école normale à Paris et l’école supérieure de Dijon. Transmettre c’est quelque chose qui est important, qui fait partie des étapes naturelles de la vie. Ce que l’on a reçu et puis pouvoir le rendre. Et perpétuer une tradition de culture, j’aime profondément enseigner, ça me rappelle aussi, ce pourquoi j’aime la musique. C’est l’échange avec l’autre, l’enseignement, ça nourrit… Autant que d’être sur scène ! »

Quelques éléments biographiques sur Pierre Génisson…

Né en 1986 à Marseille, Pierre Génisson est l’un des meilleurs représentants de l’école des vents français. Lauréat du prestigieux Concours International Carl Nielsen, il remporte le 1er Prix et le Prix du public du Concours international Jacques Lancelot de Tokyo.

photo : Denis Gliksman

Pierre Génisson s’est formé au CNSM de Paris auprès de Michel Arrignon pour la clarinette, Claire Désert, Amy Flammer et Jean Sulem pour la musique de chambre. Après y avoir obtenu les premiers prix à l’unanimité dans ces deux disciplines, il part se perfectionner à l’University of Southern California de Los Angeles auprès de Yehuda Gilad où il obtient un ‘Artist Diploma’.
Pierre Génisson est régulièrement invité à se produire en soliste avec de nombreux orchestres. Passionné de musique de chambre, il multiplie les rencontres musicales notamment avec de nombreux quatuors à cordes (Ebène, Modigliani, Jerusalem, Zemlinsky, Hermès, Voce, Van Kuijk …).
Ambassadeur actif de la marque Buffet Crampon, il est invité à donner de nombreuses masterclasses en Europe, en  Asie, aux USA, au Canada, ou au  Mexique et il enseigne la clarinette à l’Ecole Normale de musique de Paris.